Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 18:41
La vidéosurveillance arrive en centre-ville
La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Les éléments à retenir

 

Si vous n'avez pas plus de 30 secondes à consacrer à la lecture de cet article, voici ce qu'il faut en retenir.

 

- Deux caméras ont été posées en centre-ville depuis le mercredi 13 septembre. 

 

- L'une est située Place de la République, l'autre au croisement des rues du Lycée et Ernest Lauriat.

 

- La demande a été faite par l'association des commerçants de la ville d'Orsay suite à plusieurs effractions commises dans le centre-ville.

 

- Il a fallu attendre l’agression d'un commerçant à son domicile (après avoir été suivi depuis son lieu de travail) pour que la mairie réponde favorablement à la demande des commerçants.

 

- Pendant plusieurs semaines la mairie et la préfecture se sont renvoyées la balle, chacune accusant l'autre d'être responsable du retard pris pour l'implantation des caméras.

 

- Le commerçant agressé ayant été à nouveau suivi au mois d'août, les commerçants ont lancé une pétition pour réclamer la vidéosurveillance.

 

- Les caméras ayant été posées sans en avertir les commerçants, la pétition a continué à circuler.

 

- La pétition a recueilli 150 signatures en une semaine.

 

- La préfecture a donné son accord pour la pose de 45 caméras sur l'ensemble de la commune.

 

- Seul l'achat de 3 caméras a été inscrit au budget 2017.

Comment en est-on arrivé là ?

 

Depuis plusieurs années les commerces du centre-ville sont victimes de tentatives d'effraction diverses et variées. La plus spectaculaire étant certainement l'attaque à la voiture bélier de la boutique Marionnaud en octobre 2013.

Parmi les commerces, c'est la bijouterie d'Orsay qui a payé le plus lourd tribu avec plusieurs attaques à main armée en plein jour, dont une où la bijoutière a été ligotée par ses agresseurs.

 

Les commerçants en sont donc venus, il y a plus d'un an, à demander à la mairie la mise en place de la vidéosurveillance.

Une nouvelle agression d'un employé de la bijouterie, fin avril, les a amenés à  manifester leur impatience.

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Des "actes inqualifiables"

 

Suivi depuis son travail jusqu'à son domicile, l'employé de la bijouterie a été agressé en descendant de son véhicule. Mis à terre et roué de coups.

 

Sur la demande de la présidente de l'association des commerçants, le maire a pu rencontrer la victime et a écrit, le 4 mai 2017, aux commerçants du centre-ville.

 

Vous pouvez lire cette lettre en cliquant sur le lien suivant.

Selon le Maire, "La mise en place de la vidéosurveillance a subi un retard suite aux atermoiements de la Préfecture".

 

Selon les informations orales recueillies auprès de la Préfecture, ce serait la mairie qui n'aurait pas envoyé en Préfecture les bons documents (ou les aurait mal rédigés).

 

Afin d'en savoir plus, la Présidente de l'association des commerçants a écrit à la Préfète de l'Essonne en date du 06 mai 2017.

 

Vous pouvez lire cette lettre en cliquant sur le lien suivant.

La réponse de la préfecture

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le 3 juillet 2017, la mairie reçoit enfin l'arrêté préfectoral "autorisant la modification du système de vidéoprotection".

 

Le Maire a pris soin d'en profiter pour demander les autorisations pour tous les points sensibles. 

Précisons que, selon nos informations, l'idée n'est pas d'installer des caméras partout où l'on a demandé l’autorisation, mais plutôt d'avoir demandé l'autorisation partout, pour ne pas avoir à attendre une nouvelle autorisation si un besoin urgent se faisait sentir.

 

En clair, si la commune d'Orsay est autorisée, pour les 5 ans à venir, à mettre 45 caméras supplémentaires sur son territoire, dans les faits seules trois caméras ont étés mises au budget 2017. Les deux installées et une troisième retournée chez le fabriquant pour vice de forme.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

La mairie oublie de prévenir les commerçants

 

Le courrier a été reçu le 3 juillet mais malheureusement aucune communication n'est faite auprès des commerçants.

 

Pour ne rien arranger, sur un autre sujet, fin juillet la mairie prévient au tout dernier moment les commerçants situés au début de la rue de Paris que des travaux vont commencer alors qu'ils sont encore en pleine activité.

 

Il leur faudra taper du poing sur la table, et demander si on cherche à les faire partir, pour amener la mairie à retarder les travaux d'une semaine.

 

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

L'employé de la bijouterie à nouveau suivi

 

Le 3 août l'employé de bijouterie est à nouveau pris en filature depuis son travail jusqu'à son domicile. 

 

Un arrêté qui passe mal

 

A leur retour de vacances, les commerçants d'Orsay n'ont toujours pas de nouvelles de la mairie concernant l'avancée de la vidéosurveillance.

 

En revanche, ceux qui vendent de l'alcool découvrent dans leur boîte aux lettres un arrêté municipal leur interdisant d'en vendre trois jours plus tard (les 25 et 26 août).

Motif : la tenue d'un festival de musique dont les organisateurs sont eux autorisés à vendre leur bière artisanale.

La vidéosurveillance arrive en centre-ville
La vidéosurveillance arrive en centre-ville

A quelques frondeurs prêts, l'arrêté sera respecté.

Pas de chance pour ceux qui sont spécialisés dans la vente d'alcool, ils ont dû fermer boutique.

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Les autres se sont adaptés de diverses manières

La vidéosurveillance arrive en centre-ville
La vidéosurveillance arrive en centre-ville
La vidéosurveillance arrive en centre-ville
La vidéosurveillance arrive en centre-ville

La pétition des commerçants

 

C'est dans ce climat, où les commerçants ont l'impression d'être abandonnés par la mairie, que l'association Comm Orsay a décidé de lancer une pétition pour réclamer la vidéosurveillance.

 

La pétition est lancée le vendredi 15 septembre, sans savoir que depuis deux jours deux caméras (inopérantes alors) ont été posées par la mairie.

 

En une semaine, la pétition recueille un peu plus de 150 signatures.

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Les Caméras

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Les caméras sont-elles conformes ?

 

Nous avons des informations divergentes à ce sujet et ne sommes pas assez qualifiés pour savoir qui a raison.

Les caméras posées sont de type "nomade" c'est à dire qu'elles pivotent pour surveiller plusieurs axes.

Problème, une voiture ou un individu qui tournerait dans le même sens et au même rythme de la caméra pourrait passer inaperçu.

 

Selon certaines de nos sources, la préfecture refuserait ce type de caméras et demanderait à la mairie de remplacer chacune par 3 ou 4 caméras fixes.

 

Selon une source proche du maire, les caméras en place seraient tout à fait conformes et auraient vocation à être définitives.

 

On devrait en savoir plus après le 5 octobre : une fois la phase de test terminée, un état des lieux devrait être fait pour implantation définitive.

Un oubli de plus ?

 

Posées depuis une douzaine de jours, les caméras commencent à être remarquées par les Orcéens et alimentent depuis lundi (25) soir les discussions sur les réseaux sociaux.

 

Une remarque a attiré notre attention :

"Je n’ai pas vu l’indication d’une quelconque surveillance de la voie publique d’où mon questionnement"

 

 

La vidéosurveillance arrive en centre-ville

Nous n'en avons pas vu non plus mais en cherchant à répondre à la question, voici ce que nous avons trouvé.

Dans l'onglet "Droit à l'information" on peut lire :

 

"Le public doit être informé de l'existence du système de vidéoprotection.

L'information sur la présence d'un système de vidéoprotection sur la voie publique ou dans les lieux ouverts au public doit être faite par affiche ou pancarte, comportant un pictogramme représentant une caméra.

Ces pancartes doivent être présentes en permanence dans les lieux concernés et elles doivent être compréhensibles pour tout public".

 

Nous n'avons pas les connaissances juridiques pour affirmer que cette obligation s'applique même en phase de test. Mais la mairie faisant partie de nos lecteurs les plus assidus, gageons que cet oubli, si oubli il y a, sera très prochainement réparé.

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

La vidéosurveillance arrive en centre-ville
Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 10:30
Le boulanger de Mondétour fait le buzz

Tout est parti d'une discussion entre voisins :

 

- "Quand même! Les Politiques viennent distribuer leurs tracts devant la boulangerie et ils ne rentrent même pas pour dire bonjour !"

(Par discrétion, on ne dira pas quel candidat soutenaient les personnes en question)

 

- "Et si on leur rendait la pareille ?"

 

- "Comment ça ?".

 

- "Ils profitent de la clientèle de la boulangerie pour délivrer leurs programmes, on a qu'à profiter de leur clientèle pour faire connaître la boulangerie et distribuer des baguette".

 

Le temps de rédiger un dossier de presse et de contacter les journalistes et le vendredi suivant, Flo, le jeune boulanger de Mondétour, faisait la Une du journal "Le Parisien".

 

 

Il faut dire qu'au delà du coup marketing, l'enjeu est primordial pour Flo.

 

Contrairement à ce que Grand Frais nous avait laissé entendre quand nous avions mené notre enquête en vue de son installation, la grande surface a déposé un permis de construire en mairie pour ouvrir prochainement une boulangerie industrielle.

 

Si Flo aura toujours l'avantage sur ce nouveau concurrent, au niveau de la qualité et de la variété des produits, il est à craindre que le jour où les riverains de Mondétour font leurs courses chez Grand Frais, il leur sera plus pratique de prendre leur pain sur place que de faire un détour chez leur boulanger habituel.

 

Voilà pourquoi, il fallait trouver une parade pour contrer cette baisse de chiffre d'affaire annoncée, susceptible de mettre en péril l'équilibre financier du commerce.

Il était donc urgent de faire passer trois messages à l'ensemble des habitants de Mondétour :

 

1) Il y a une boulangerie dans la raquette de Mondétour

(et oui, il y avait encore des gens qui l'ignorent)

 

2) Le boulanger a changé il y a un an

(l'opération de dimanche dernier nous a montré que beaucoup ne sont pas au courant).

 

3) Flo a une baguette signature qu'il a baptisé la "Mondétour" et elle est excellente.

Rien de mieux que la faire goûter pour le démontrer.

 

Opération couronnée, et de succès, et par un deuxième article dans le journal "Le Parisien" lundi dernier.

Un article  qui a été repris par d'autres médias comme ici "Europe 1"

(A partir de 1'23")

Restait à voir ce qu'en pensent les politiques

Nous avons donc invité tous les candidats en lice à venir découvrir la Mondétour de Flo.

Merci à ceux qui ont répondu à l'invitation, dans l'ordre de passage :

 

Laure Darcos et Arnaud Poirier

Le boulanger de Mondétour fait le buzz

Patrick Simon

Le boulanger de Mondétour fait le buzz

Annick Le Poul et Gabriel Laumosne

Le boulanger de Mondétour fait le buzz

Ousmane Sarr

Le boulanger de Mondétour fait le buzz
Cédric Villani
Le boulanger de Mondétour fait le buzz

Sans oublier Didier Missenard qui a envoyé un SMS pour s'excuser de ne pas pouvoir venir.

 

La venue de notre Maire, David Ros, a également été appréciée par les parents et la fiancée de Flo.

Le boulanger de Mondétour fait le buzz

On en profite pour lui rappeler, ainsi qu'aux autres élus du conseil municipal,

 

- Que Flo attend toujours que la mairie mette un panneau indicateur pour signaler la boulangerie.

 

- Qu'il serait apprécié que, lors des élections, la boulangerie Mon Détour chez Flo soit, au même titre que les autres boulangers d'Orsay, sollicitée pour fournir les collations servies aux personnes qui tiennent les bureaux de vote.

 

En attendant, rendez-vous demain dimanche devant les bureaux de vote 11 et 12 pour le second tour de l'opération "Un vote, une baguette".

Pour aller plus loin :

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

Le boulanger de Mondétour fait le buzz
Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:16

Comme vous pouvez le lire dans cet article du Parisien, "Orsay sous les sapins" 2016, se tiendra jusqu'au premier janvier 2017.

 

Un bémol cependant : cette manifestation, créé à l'origine pour mettre en avant les commerçants, les a depuis totalement exclus des festivités.

 

Alors en sortant du tipi géant, n'hésitez pas à remonter en centre-ville par la rue boursier ou l'allée de la Bouvêche pour faire vos courses.

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

Sous les sapins mais toujours pas sous le signe du commerce
Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 20:00
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Depuis le mois de mai 2016, la boulangerie de Mondétour a fait peau neuve : nouvelle enseigne, nouveau propriétaire, nouveaux tarifs (revus à la baisse), nouveau four et nouveaux produits.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Agé de 24 ans, Flo est titulaire d'un CAP en boulangerie, un CAP en chocolaterie, un bac professionnel en boulangerie-pâtisserie et bénéficie déjà de 10 ans d'expérience dans son domaine.

 

 

Mais surtout, Flo est un enfant du quartier. Il a grandi à Mondétour où ses parents et son frère habitent toujours.

 

Alors, quand la boulangerie de Mondétour a été mise en vente, toute la famille s’est mobilisée pour permettre à Flo d’être enfin à son compte.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Pour tous ceux qui ne connaissent pas encore, et ceux qui croient  connaître, Flo nous a ouvert les portes de son laboratoire.

 

La visite guidée commence par un appareil remarquable. 

Ce pétrin de marque Artoflex n'existe plus sur le marché. Il date des années 1960/70 et a la particularité de répéter le mouvement qu'effectuaient jadis les boulangers.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

La pâte est d'abord pesée, pétrie dans le pétrin...

Chez Flo, ça vaut vraiment le détourChez Flo, ça vaut vraiment le détour

... puis divisée dans la diviseuse avant d'être façonnée dans la "façonneuse".

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

A présent que la pâte a été mise en forme, les baguettes passent dans la chambre de fermentation. Elles sont déposées dans des couches en toile de jute.

La pâte va pousser sous l'action des "saccharomyces cerevisiae". Bien qu'identifiée au milieu du XIXème siècle par des brasseurs hollandais, cette levure était déjà utilisée sous l'Antiquité par les Egyptiens, les Babyloniens et les Celtes.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Le four électrique est tout neuf. Il a été installé fin août.

Plus économique et plus écologique que l’énorme four à gaz qu’il y avait avant.

 

Le pain a l'avantage d'être plus alvéolé et bénéficie d'une cuisson plus homogène, favorisant son croustillant et sa conservation.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Elément indispensable : Le tapis qui permet d'enfourner le pain avant cuisson.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Précision importante, chez Flo tout est fait main : le pain, les viennoiseries et bien évidement la pâtisserie.

Ceci explique parfois la difficulté d'achalander la boutique mais le résultat est tellement appétissant.

Voici un diaporama  de quelques unes des spécialités que vous pouvez dégustez chez Flo.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Sans oublier les spécialités salées.

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Chez Flo, ça vaut vraiment le détour

Bon appétit!

Si vous voulez soutenir Flo, n’hésitez pas à aimer sa page Facebook.

Vous serez ainsi régulièrement informés de ses opérations exceptionnelles.

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

Chez Flo, ça vaut vraiment le détour
Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 13:22
Grand Frais ouvrira le vendredi 25 novembre

Attention, contrairement à ce qui a été annoncé dans le journal Le Parisien, c'est vendredi 25 (et non mercredi 23) que Grand Frais ouvrira finalement ses portes.

Avant de refermer ce dossier, revenons sur les arguments exposés dans la lettre du Maire et le journal Le Parisien, pour répondre aux dernières questions que chacun se pose.

1)  Un éventuel projet n’aurait pas coûté un seul euro à la ville.

 

Vrai.

 

Selon nos estimations la revente du terrain à un promoteur aurait pu, selon le nombre de logements à construire, monter jusqu'à 8 millions d'euros.

Un montant largement suffisant pour monter les projets exposés dans la demande de Déclaration d'Utilité Publique.

Un bémol cependant : le montant de l'indemnisation à verser à Grand Frais, aurait certainement rendu l'opération caduque.

 

 

2) La supérette de Mondétour

 

Serpent de mer annoncé depuis des années, nous sommes en mesure de vous livrer le document de travail, daté de janvier 2013, étudiant la faisabilité d'une supérette à Mondétour. Si effectivement la supérette sera dorénavant "très difficile à implanter" dans le quartier, peut-être qu'en l'ayant implantée plus tôt, on aurait pu anticiper un besoin que Grand Frais va finalement combler.

Cliquez sur le lien pour consulter

3)  Cette nouvelle offre commerciale fait peser un risque sur notre commerce de proximité

 

Vraisemblable.

 

L'expert en management de centre-ville que nous avons consulté au cours de notre enquête avait été formel sur ce point :

"S'il ("Grand Frais") se situe à proximité du centre-ville, l'apport est positif, car leur offre alimentaire en frais est complète et de qualité et de ce fait conforte l'offre commerciale de proximité.

S'il est en périphérie, il va impacter le commerce alimentaire indépendant et de ce fait déséquilibrer l'offre commerciale de proximité".

 

L'avenir nous dira si ces craintes se réalisent.

 

 

4)  Le trafic automobile généré par Grand Frais sera supérieur à celui de l’opération envisagée,

 

Vraisemblable

 

Si l'on s'en tient uniquement aux logements, l'opération aurait pu augmenter le trafic de 200 à 300 véhicules par jour avec un incidence plus marquée le matin, le créneau horaire des départs au travail; étant plus restreint que celui des retours.

Dans ses prévisions, Grand Frais espère accueillir 1000 clients par jour avec certainement une majorité du flux réparti sur la tranche 17h00-20h00. 

Les clients arrivant et repartant sur ce même créneau horaire, on peut estimer à 1000 entrées et sorties de véhicules sur ces trois heures.

 

Mais

 

L'opération envisagée projetait également une offre commerciale ainsi qu'une crèche et un cabinet médical qui, eux aussi, auraient généré un surcroît de circulation. 

Il est donc en fait quasiment impossible de savoir, entre les deux projets, lequel aurait généré le trafic automobile le plus dense.

 

Toujours est-il qu'il va devenir urgent de repenser le rond-point, chose que les pouvoirs publics nous promettent depuis plusieurs dizaines d'années.

5) Grand Frais s’est engagé à reverser 5 000 €, le montant des frais de procédure de la ville, au centre communal d’action sociale.

 

Vrai mais...

 

SI Grand Frais s'est bien engagé à reverser 5000 €, ce montant ne correspond pas au total des frais de procédure payés par la ville.

Selon les chiffres que nous avait fournis la mairie, ce montant correspond aux dépends versés par la commune.

Les frais d'avocat et d'huissier (un peu plus de 10 000 €) ne seront pas recouvrés.

(voir lien ci-dessous).

6) Et la DUP dans tout ça ?

 

Remis le 17 novembre, le rapport du commissaire enquêteur est soumis à un délai de carence de 15 jours durant lequel il est considéré comme provisoire et ne peux être publié.

 

Néanmoins, selon le Parisien, 590 personnes auraient consignés un avis dans les registres d'enquête publique. Ce serait une très forte participation pour une enquête de ce type, surtout sur un délai aussi court.

Les avis sont à 85% favorables à Grand Frais.

Selon nos informations, que nous mettons au conditionnel en attendant d'en avoir une confirmation écrite.

- Le commissaire enquêteur aurait rendu un avis favorable à la DUP tout en précisant qu'il reconnaissait l'installation de Grand Frais comme étant également d'utilité publique. Il proposerait donc à la mairie et à Grand Frais de trouver une solution à l'amiable.

 

- Ces conclusions auraient pu conforter la préfète si elle avait eu l'intention de rendre un avis favorable à la DUP.

 

- Comme nous l'avions envisagé les pétitions et avis groupés (une vingtaine de personnes auraient déposé des textes similaires) n'auraient été comptabilisées chacun que pour un seul avis (ce qui expliquerait que le nombre de participants ne soit que de 590). Si cette information est avérée, elle démontrerait que sans la forte participation à l'enquête publique, la DUP serait certainement allée à son terme.

 

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

Grand Frais ouvrira le vendredi 25 novembre
Repost 0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 19:00

On en sait désormais un peu plus sur l'issue éventuelle de la DUP  (Déclaration d'Utilité Publique) qui pourrait mener à l'expropriation de "Grand Frais".

 

Voici l'article publié dans le journal "Le Parisien" du lundi 17 octobre 2016.

(Cliquer pour ouvrir)

Le Maire donne en effet un premier indice sur le montant que la mairie sera prêt à investir en cas d'expropriation :

 

" Nous ne pourrons pas aller trop au-delà de 4 M€. Nous n’endetterons pas la ville".

 

Les 4 millions d'euros sont le prix d'acquisition du terrain qu'il faudra rembourser à "Grand Frais". Mais la société demandera également à être indemnisée pour les travaux effectués et le préjudice subi.

Il suffirait simplement que le juge des expropriations retienne le montant des travaux investis (plus de 2 millions d'euros) pour que la mairie soit obligée de renoncer à l'acquisition du terrain.

Précisions sur les propos qui me sont attribués

 

Il est toujours frustrant et réducteur de voir un entretien d'une heure résumé en quelques lignes.

Voici les précisions que je souhaite apporter.

 

- Concernant le fait que je "déplore cette bataille".

 

J'ai dit en fait que je déplorais que la mairie se soit refusée à consulter les Orcéens avant de livrer cette bataille.

 

En informant les Orcéens, dès la fermeture de "Fly", de la possibilité de préempter le terrain, en montant, en concertation avec les Orcéens, un projet pour préempter et faisant valider ensuite ce projet par un référendum, la mairie se serait assurée (ou non) du soutien de la population pour décider s'il fallait (ou non) préempter.

 

- Concernant la circulation.

 

J'ai effectivement expliqué qu'opposants et partisans du projet de la mairie évoquaient, à juste titre, les répercussions que cela aurait sur la circulation.

Manque la conclusion que j'ai livrée : il va devenir impératif, quelle que soit l'option retenue, de se pencher sur la reconstruction du "ring" que l'on nous promet depuis maintenant des (dizaines d') années.

 

- Concernant la phrase "C'est le côté tout ou rien qui dérange".

 

Je ne me souviens pas avoir prononcé cette phrase qui ne reflète en rien ma pensée.

 

J'ai en revanche déploré que la solution à l'amiable proposée par "Grand Frais" n'ait pas été retenue par la mairie. Elle proposait de permettre et la création d'un magasin répondant aux besoins actuels des habitants du quartier, et celle d'un cabinet médical répondant aux besoins futurs.

 

Il aurait juste fallu négocier avec "Grand Frais" le renoncement à la construction d'un rayon boulangerie pour ne pas mettre en péril la boulangerie "Mon détour chez Flo".

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

DUP Terrain de la Cyprenne - Vers une victoire de "Grand Frais" ?
Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 18:40

Nouveau rebondissement dans le bras de fer qui oppose la mairie à "Grand Frais", la commission de sécurité qui devait passer aujourd'hui pour vérifier que "Grand Frais" était bien prêt à ouvrir a de nouveau été reportée.

Urgent  - Grand Frais n'ouvrira pas le 19 octobre

Rappelons que la commission de sécurité est composée des représentants du Maire, des pompiers, de la police et du service urbanisme de la commune.

 

Si les élus étaient bien présents, les pompiers manquaient à l'appel.

D'après "Grand Frais", "Les pompiers ne pouvaient pas instruire vu que la mairie ne leur avait rien passé".

 

Pour mieux comprendre les enjeux, rappelons qu'en cas d'expropriation, un juge sera nommé pour estimer les indemnités que la commune devra verser à "Grand Frais".

Tant que "Grand Frais" ne parvient pas à ouvrir, il ne crée ni clientèle, ni fonds de commerce et n'a que très peu de chances d'être indemnisé pour ce qui n'existe pas encore (ce qui ne l'empêche pas d'être indémnisé pour la valeur du terrain et éventuellement le montant des travaux auquel peut s'ajouter le préjudice subi).

 

Nous rappelons qu'une enquête publique est en cours et que la seule façon que notre avis soit pris en compte est d'aller le consigner dans les registres prévus à cet effet en mairie.

Les deux pétitions qui circulent actuellement sur Orsay, quel que soit le nombre de signatures qu'elles recueillent, ne compterons chacune que pour un seul avis, et, comme ceux-ci sont contradictoires, ils s'annuleront.

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 18:22
Repost 0
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 10:07
Aménagement du secteur de la Cyprenne

Et si on tenait compte de l'avis des Orcéens ?

Depuis le 30 septembre, nous sommes invités à donner notre avis sur le secteur de la Cyprenne.

Deux options, s'offrent à nous : un projet mené par l'équipe municipale et une nouvelle offre commerciale proposée par la société "Grand Frais".

 

Afin de vous aider à forger votre propre opinon, nous avons rassemblé toutes les pièces du dossier.

Nous avons opté pour une présentation factuelle pour ne pas orienter votre jugement.

 

Nous remercions David Ros, Maire d'Orsay, et les dirigeants de la société "Grand Frais" de nous avoir communiqué tous les documents que nous avons demandés.

L'enquête que nous avons menée s'est étalée sur plusieurs semaines et la rédaction de cet article a nécéssité plus de 30 heures de travail.

La meilleure façon de nous remercier est de le relayer et d'aller consigner votre avis, quel qu'il soit, dans les registres de l'enquête publique.

 

Pour faciliter la lecture, nous avons consacré un article à chaque question que nous nous sommes posée. Pour y accéder directement, il suffit de cliquer sur les liens ci-dessous.

 

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

Aménagement du secteur de la Cyprenne
Repost 0
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 10:06
De "Fly" à "Grand Frais" : Chronologie

11 avril 2014

Le conseil municipal vote, à l'unanimité, la délégation au maire de pouvoir exercer, au nom de la commune, les droits de préemption définis par le code de l'urbanisme.

 

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

28 octobre 2014

Le notaire de la société "Grand Frais" informe le Maire que son client se porte acquéreur de l'ex terrain de "Fly" pour un montant de 4 millions d'euros.

19 décembre 2014

Le Maire prend la décision de préempter le terrain et le notifie à "Grand Frais".

 

15 janvier 2015

Arguant un vice de procédure et le non respect d'articles du code de l'urbanisme, "Grand Frais" dépose une requête auprès du Tribunal Administratif de Versailles pour faire annuler la préemption.

27 février 2015

En attendant un jugement sur le fond, le juge des référés statue en urgence et suspend la préemption.

 

02 octobre 2015

Le Tribunal Administratif se prononce sur le fond et annule la préemption.

Troisième trimestre 2015

La commune d'Orsay faut appel du jugement du 2 octobre. 

Aucune date n'est encore fixée pour l'appel mais de toutes façons, les chances d'aboutir à un verdict favorable à la commune sont quasi nulles.

24 décembre 2015

"Grand Frais" dépose auprès de la Mairie une demande d'autorisation de travaux.

Elle lui sera accordée le 21 avril 2016.

 

13 avril 2016

"Grand Frais" propose au Maire de lui rétrocéder une bande de terrain de 3161 m2.

 

17 mai 2016

Le conseil municipal vote une demande de Déclaration d'Utilité Publique (DUP) sur le secteur.

 

Juin 2016

"Grand Frais" débute ses travaux.

Début septembre 2016

La Préfète de l'Essonne répond favorablement à la demande du conseil municipal d'Orsay et prescrit l'ouverture de l'enquête publique préalable à la DUP.

 

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

30 septembre 2016

Lancement de l'enquête publique.

 

17 octobre 2016

Fin de l'enquête publique.

 

19 Octobre 2016

Date à laquelle "Grand Frais" se dit prêt à ouvrir.

Mi novembre 2016

Rendu à la Préfète de l'Essonne du rapport du commissaire enquêteur et de ses conclusions.

 

A partir de mi novembre 2016

Publication de l'arrêté de la Préfète de l'Esssonne prononçant ou non l'utilité publique du projet de la municipalité.

 

Pour passer à l'article suivant :

Pour Orsay en Action,

Jean-Christophe Péral

orsay91400@free.fr

06 60 93 52 22

De "Fly" à "Grand Frais" : Chronologie
Repost 0

Prochains rendez-vous

 

 

Vendredi 6 octobre

à 8h30

 

Café l'Aquarelle, rue de Paris

(en face de la poste)

 

Venez petit-déjeuner avec nous

 

      --------------------

Petits déjeuners suivants :

 

Vendredi 03 novembre

Vendredi 1er décembre

Recherche